Rencontre du Troisième Type

“Bonjour à tous, mes amis ! Moi, Vincenzo Correlli, dis merci, merci, merci beaucoup à toutes les personnes qui m’ont fait confiance ! Je suis fier de devenir le premier président de notre planète, premier président d’Aardespel ! Ma tâche sera dure, à la sortie de cette longue guerre que nous avons enduré, où nous avons vu nos pères, mères, frères, sœurs, fils et filles mourir. Alors, je vous prie, au nom de notre planète, au nom de notre union, au nom d’Aardespel, de me soutenir face à la difficulté de ma tâche. Il est donc temps pour moi de prendre enfin place dans le palais, qu’un jour de grands dirigeants occupaient, puisse Loetta me guider et me prouver digne de mes ascendants spirituels. À bientôt, peuple d’Aardespel !”

Un homme était en train de regarder un ancien enregistrement. Comme le discours de ce vieux dirigeant se finissait sous les applaudissements et la joie du public, il joignit ses mains, baissa son buste, et murmura quelque chose.

“Encore en train de regarder des relique du passé, Ifrajn. T’es pas croyable. Tu sais pourtant bien que notre monde était destiné à la mort dès la formation de l’union d’Aardespel ?
– Oui, mais si je tuais mon ancêtre, celui qui a créé toute cette organisation ? Enkjolk, tu sais.
– Tu radotes.
– Eh, toi aussi quand tu t’y mets, Pelrankj !
– On ne va pas retomber dans cette discussion… Tu sais, ça fait une éternité qu’on cherche le bon univers où les choses se sont bien passées !
– Aardespel me manque.
– À moi aussi. Mais il faut te faire une raison, ton père a fait tout sauter, on s’est enfuis, sinon on mourait.
– Et mon frère ? Celui qui était dans la Mlakjemnant ?
– Dans un autre univers, on ne saura jamais lequel. De toute façon, tu ne reconnaîtras jamais son descendant. Il faut accepter ce vaisseau comme ta maison, depuis combien de temps je te le dis ?
– Trop longtemps.”

Pelrankj semblait embarrassée. Depuis quelque temps, son mari était beaucoup trop nostalgique. Il faisait des cauchemars, il en pleurait parfois, et elle n’arrivait jamais à le remettre sur pied. Ils avaient voyagé il y a peu dans leur univers, peu de temps avant la catastrophe finale. Ils ont vu la Mlakjemnant s’enfuir et Aardespel exploser, et même leur vaisseau commencer son long, long, long voyage. C’en était trop pour Ifajn, qui avait tenté de garder la tête froide toutes ces années. Désormais, Pelrankj assurait le rôle de capitaine lorsque son mari se retirait. L’équipage était inquiet pour Ifrajn, mais il ne le savait pas.

“Alerte rouge, alerte rouge.” dit soudain une voix dans le vaisseau “Un objet non identifié est apparu dans la direction : haut. La taille est : non mesurable : trop grand. Début de la communication avec le conducteur. Capitaine, donnez la marche à suivre.
– Continue d’avancer, Algrim ! Si l’objet veut nous donner un message, qu’il nous l’envoie.
– Très bien, capitaine.” répondit la voix du conducteur à travers l’interphone
– Capitaine, transmission d’un message binaire depuis : objet non identifié. Sauvegarde du message binaire sous le nom : b_22-4-5126_14-12-56.xr. Extraction du code sous format : texte. Affichage. Capitaine, est-ce que le message était un texte ? Dites oui pour confirmer, non pour infirmer.
– Non.
– Vous avez dit : Non. Est-ce bien cela ? Dites…
– Oui.
– Très bien. Extraction du code sous format : image. Affichage. Capitaine, est-ce que…”

Une série d’image était apparue. Un texte sûrement affiché de manière compréhensible par n’importe qui. Ifrajn lisait quelque chose comme : “Montez votre vaisseau vers le nôtre, nous allons nous rencontrer.” Il y avait ensuite un étrange symbole, puis une série de pixels incompréhensibles, suivis d’une image représentant un son.

“Capitaine, l’attente réglementaire de : 1 minute, a été dépassé. Sauvegarde de l’image sous le nom : i_22-4-5126_14-12-56.lk.
– Sampa ?” demanda tout d’un coup Ifrajn
– Quels sont vos ordres, Capitaine.
– Extrait le code binaire sous format son.
– Extraction du code binaire : b_22-4-5126_14-12-56.xr, sous format son. Diffusion.”

Il y avait une série de bruits étranges, puis soudain, tout un message en une langue inconnue. C’étaient des êtres intelligents. Il demanda alors à l’intelligence artificielle :

“Sampa, transmet au capitaine.
– Début de la transmission. Sauvegarde du document son sous le nom : s_22-4-5126_14-12-56.aa.
– Algrim, monte et va vers le vaisseau.
– Vous êtes sûr, capitaine ?
– Au pire, on active Sheera.
– Très bien, ne prenez pas cette peine.
– Le CID.” dit à lui-même le capitaine. “Je me demande bien ce que c’est…”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez saisir la bonne opération *