Convergence des Motivations

Une porte s’ouvrit dans un silencieux mais lumineux bureau. La composition était simple, il n’y avait qu’une table de bouleau finement taillée, surmontée de piles de papier, encriers, plumes et livres, un canapé de douce soie venant des peuples du nord, colorée d’une rare teinture couleur du ciel, trouvée dans le sud extrême, et se trouvaient de même deux chaise d’érable, le dossier et le séant tissée de cette même soie teintée comme l’azure. Sur celle posée en face de la table était assis un homme. Ses cheveux d’une couleur finement orangée et ses pupilles de couleur de flamme situaient son origine facilement vers l’ouest. Tourné dos aux grandes fenêtres minérales perçant le roc, on votait ses riches habits, formés d’un grand tabard en soie bordaux brodée d’or avec une insigne brodée de cette même couleur, sûrement celle de sa famille, et d’une longue tunique bleu clair, elle aussi tissée de soie. L’homme leva la tête du livre qu’il lisait et dit au nouvel arrivant dans cette salle :

“Le Maître-Espion Spasoïen, je présume. Que me souhaitez-vous ?
– Je viens sous les ordres de notre bien-aimé Empereur Xadar le second. Il a entendu parler de vos mérites et souhaite que je vous contacte.
– Donc la Lame Noire fait appel à des étrangers désormais. Ha ! Quelle blague ! Il sait pourtant bien qu’on ne peux pas vous faire confiance !”

Agacé, le spasoïen se retint de lui parler des origines de son interlocuteur, tout autant étrangères. Il le laissa à son monologue.

“Oh ! Je vois. Il veut peut-être qu’on apprenne la Magie Noire ? Désolé mais je ne me salis pas les mains dans ce truc d’impurs. Je laisse aux bas-d’esprit les occupations de bas-d’esprit.
– N’osez plus jamais insulter la toute-puissance des Nals ! Quel droit avez-vous de toute façon de traîter les Non-Tokeriens comme des impurs, fils de Xionais ?
– Oh, ma pique a fait mouche. Et vous n’êtes même pas capable de prononcer Tjokherien correctement. Ah, amateur.
– Avant de vous moquer de moi, sachez parler ma langue.
– Ne voyez-vous donc pas que vous créez pour rien un conflit ? Preuve de votre infériorité.
– Fils des porcs.
– Je croyais être un fils de Xionais.”

Le Maître-Espion brûla de rage. Entre un raciste et un xénophile, les relations étaient toujours explosives. Mais il se calma, presque de façon magique pour l’homme de l’autre côté de la table, qui leva un sourcil d’étonnement. C’était l’un des premiers entraînements qu’il avait reçu, comme l’Espion a toujours été très colérique et violent. Canaliser sa rage, la faire exploser en combat. Sous un nouveau jour, il reprit la parole.

“Notre Empereur souhaite faire un marché avec vous. Vous faites en sorte que toutes les troupes Tokeriennes soient déplacés sur le front et nous vous supportons sous tous les plans.
– Oh, même s’il consistait à vous envahir ?
– Ça, jamais. Il savait que vous n’étiez qu’une bande de tordus.
– C’est qu’il revient à la chasse ! Je lui en parlerai. Toujours aussi énervés par la prise de la Qirajal ?
– Éternellement.
– Et si je vous disais… qu’on avait un qirajalais dans le viseur ? Il est en plus un déserteur pour les Tjokheriens.
– Et il est pro-indépendance ?
– Pas assez d’informations. C’est pas moi qui me mets les mains dans la magie…
– Des Nals. Très bien, dites-moi où il est, et il vous rejoint.
– Non. Après tout, il est du même genre que votre espèce, on peut bien s’en débrouiller tous seuls.
– Très bien, je n’ai plus rien à vous dire. Au revoir.”

À la limite de devenir totalement furieux, le Maître-Espion tourna les talons et alla en dehors de la salle. Alors qu’il allait fermer la porte, son interlocuteur se leva et lui dit :

“Pravxennil. Ou Ulta Camañera, graine de chien nostalgique.
– Merci, espèce de petite baie sèche.”



Très bien, je souhaite d’abord rappeler que cela en aucun cas doit être ajouter, même si cela serait intéressant ^^ Je souhaite simplement illustrer comment créer des motivations et comment celle que je t’avais partagé il y a quelques temps peut marcher en contexte réel.

Afin de créer des motivations intéressantes, la première étape est toujours de créer un problème. Dans ce cas là, j’ai défini qu’il y a une haine culturelle entre les Tjokheriens et les Spasoïens, et que la région du Qirajal qui appartenait au Spasoïa est devenue Tjokherienne (NdA : Les motivations créées à partir de problèmes déjà établis sont celles dont on est le plus fier).

Désormais on va pouvoir créer une motivation pour un personnage. La première question à se poser est si on veut créer un personnage à partir de cette motivation ou si on la rattache à un personnage déjà existant. La question est, si tu cherches la motivation du méchant par exemple, tu t’y prendras différemment si tu as déjà pensé à son histoire, par exemple.

Si tu as déjà créé un personnage, et que tu veux y rattacher une motivation, il faut que tu penses à comment cette motivation se rattache à lui. Si tu as un fermier devenu grand méchant, même s’il est Spasoïen, il se fichera de savoir si une partie du Spasoïa est rattachée à un autre. Il ne intéresse de base qu’à ce qu’il se passe à côté de lui, et donc cette raison ne peut pas être appliquée. Dans ce cas, retour à la case départ.

Si, par contre, tu créé un personnage de toutes pièces à partir d’une motivation, comme je l’ai fait ici, il faut se poser la question inverse : Quelles personnes vont réagir au problème ? Par exemple, j’ai choisi un Maître-Espion. Il fait partie intégrante des sphères de l’Empereur, et donc est au courant du fait que une province leur a été volé, et, de plus, agent de terrain, il voit les injustices que souffrent les Spasoïens au Royaume Tjokherien.

J’ai donc pu t’expliquer comment j’ai créé mon personnage d’après la motivation, et j’espère que tu en tireras des conseils pour faire tes motivations pour tes personnages. J’espère t’avoir aidé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez saisir la bonne opération *