Voir la Mer, I

I.

“Oh ! Que ça m’énerve de rester ici à ne rien faire !” râle Kain
– On n’y peut rien, Roynder est endormie… On ne peut pas la quitter comme ça !” répond Jason “Mais là il faut faire autre chose, je commence à m’ennuyer…
– Vous pensez qu’on peut faire une petite sortie de deux jours ?” je propose “Juste un petit voyage pour se changer les idées et on revient ?”

Tous me regardent d’un air étrange. Sauf Izei. Il est fasciné par ses mains, visiblement. Kain semble heureux, après tout, il est toujours content quand on est d’accord avec lui. Jason, lui, est bien moins content.

“Qu’est-ce que tu insinue, Aage, qu’on abandonne Roynder comme ça ? Sur un coup de tête ? Je suis, désolé, mais c’est pas comme ça que ça marche.
– T’as le pouvoir de voir dans les rêves, et je suis sûr que tu es déjà allé dans les rêves de Roynder, comme d’habitude.” lâche Kain “Alors, tu dois pouvoir savoir quand elle se réveillera, l’expert !
– Non, je ne le sais pas, justement, je ne suis pas très bon à ça. Alors, si tu veux, va à la capitale chercher un expert des rêves pour savoir quand ta bien-aimée va se réveiller !” réplique Jason sur un évident ton de moquerie
– Bon, les gars, calmez-vous !” s’interpose Adelmire “On va y aller et c’est tout.
– Moi je ne suis pas accord.” conteste Jason “On ne peut pas abandonner Roynder ainsi, surtout si elle se réveille comme ça, sans prévenir.”

La porte s’ouvre soudain. Apparaît un homme, relativement petit pour son âge, aux cheveux d’ébène bien tenus à la manière traditionnelle. Il est habillé d’une tunique renforcée, et son regard couleur d’améthyste contraste avec une peau bien blanche. C’est Eden, les frère d’Adelmire, qui rentre peut-être de ses travaux de campagne, d’organisation ou qu’il passe peut-être par là.

“Alors, de quoi parlez-vous ?
– D’aller lâchement abandonner notre amie en convalescence afin de tuer le temps.” répond Jason
– D’aller faire un petit voyage afin de se changer les idées.” rectifie Kain
– Je vois, il y a un désaccord. Vous ne faites pas un vote ? Comme ça, on verra ce que vous allez faire !
– C’est vrai, j’y ai même pas pensé !” approuve Adelmire “Mais tu ne viens pas avec nous ?
– Je verrai selon ce qu’il se passe.
– Très bien. Qui vote contre ?”

Jason lève la main, sûrement conscient qu’il est le seul. Adelmire demande pour qui est pour, et toute l’assemblée, sauf Eden, lève la main.

“Il y a donc une majorité écrasante favorable au projet de voyage pour deux jours, donc on y va.
– Génial ! Merci Aage pour cette idée !” est soulagé Kain.
– Je vois que vous vous fichez de Roynder donc.
– Jason. On ne se fiche pas de Roynder !” se justifie Adelmire “Il faut juste changer un peu ses horizons parfois. Et de toute façon, t’as le droit de rester ici !
– Non mais quand même. Si elle se réveille seule, on ne se sentira pas bête.
– Ce que tu peux être têtu quand tu t’y mets… T’as vraiment pas assez dormi. Bon, donc on part demain matin ?”

Tous acquiescent dans une bonne humeur. Jason, grognant, murmure un petit “D’accord”. C’est bien ! On y va ! On va pouvoir partir un peu !

“Mais maintenant, il faut choisir où…” je continue ma pensée à haute voix.
– Bonne question… Une proposition ?
– On pourrait voir la mer, à l’Est, on peut y aller à dos de dragon, mais ça prendrait un jour de… voyage.” propose Bly
– J’approuve.” dit Kain “Si on va devoir faire un voyage de trois jours, ça nous permettra de visiter un peu l’est, j’y suis jamais allé. Et je crois que personne n’y est allé.
– Si, moi” intervient Eden “, mais c’était il y a longtemps, avec Adelmire toute petite.
– Ne dis rien de plus !” coupe Adelmire
– De toute façon, je ne m’en souviens pas, alors…
– Bref, d’autres propositions ?
– Rester.
– Non, Jason, ça n’en fait pas partie. Donc la mer en absence de concurrent ?” tout le monde acquiesce, même Jason “Très bien, donc demain matin, on y va ! Et tôt, Bly dit que c’est loin, mais on peut profiter des courants matinaux pour aller plus vite.”

La sorte de réunion est terminée. Je me lève et va dans le couloir. Il commence à se faire tard, donc, il va falloir manger, et dormir. Je vais dans ma chambre et la regarde. Elle est tout aussi vide que d’habitude, depuis que j’ai hurlé sur Izei comme il a apporté plein de choses dans sa chambre et tout laissé. Le lit est au fond de ma pièce, adossée aux deux murs de pierre, avec en son extrémité une petite commode, sur laquelle quelques habits ont été placés. Il y a aussi une petite table à l’autre extrémité du fond de la pièce, avec une petite chaise. Sinon, le sol en rocaille lisse est laissé nu. Comme je m’allonge sur mon lit, quelqu’un frappe à ma porte. Je leur demande d’entrer à travers la porte et celle-ci révèle Jason. Il a une chaise avec lui. Avant que j’ai le temps de lui demander, il déclare :

“Je mange avec toi, ça ne te dérange pas ?
– Non, pas du tout.
– J’ai demandé aux serveurs de venir ici. En fait, c’est que j’ai besoin de te parler. T’as toujours le chic pour me calmer lorsque je m’emporte… quoique la technique à la Levente est plus simple. Et puis je dois te parler d’autres choses.
– Très bien, fait comme chez toi.”

Les serveurs frappent à la porte. Je leur demande d’entrer alors que j’aide Jason à déplacer ma petite table afin de lui laisser une petite place. Les serveurs demandent si on veut une table supplémentaire, mais je leur dis qu’on en a pas besoin. J’ai beau leur demander de ne pas s’inquiéter de nous, ils nous ramènent tout de même une table avant d’arriver avec notre repas. Lorsqu’enfin le silence s’installe, Jason prend la parole :

“Roynder est déjà endormie depuis une semaine, puis dès qu’elle se réveille, elle se rendort dans un semi-coma avec son dragon. Je me demande combien de temps elle restera ainsi… Je cherche à rentrer dans ses rêves, mais je n’y arrive pas… comme si quelqu’un d’autre s’y était déjà immiscé… Je me demande si elle va vraiment bien…
– Je ne savais pas qu’elle s’était réveillée, c’est au moins une bonne nouvelle. Par contre, ce que tu me dis à propos des rêves est véritablement inquiétant. Qui bien pourrait s’intéresser à Roynder ?
– J’ai peur de le savoir.
– Non, ne me dis pas…
– Si, je pense bien. Donc c’est pour ça qu’il ne faut pas la quitter. Elle est peut-être en danger.
– C’est inquiétant, mais il faut aussi savoir faire une balance entre elle et le reste du groupe. Et, au pire, on a Eden.
– Tu lui fais vraiment confiance toi ?
– Plus qu’au dirigeants. Et puis, ne vas pas me dire que tu n’en as pas marre de cet endroit, et d’une vie dans l’attente.
– Si, mais… on ne peut pas risquer quoi que ce soit.
– Tu sais, si véritablement cette personne s’immisce dans ses rêves, elle doit le faire depuis longtemps, et rien ne s’est passé.
– Et ainsi on aura peur pour elle que trop tard.
– Tss… Je vois que je ne pourrai pas te convaincre. Donc, je présume que tu vas rester ici.
– Non.
– Comment ça ?” je crie presque, choqué
– Non. Je viens avec vous.
– Oh… je vois, la perspective de voir des belles femmes en maillot de bain t’a…”

Jason lâche ses couverts et me donne un coup de poing, mais sans élan afin de ne pas me faire mal. Le message est clair, ‘faut pas que je parle de ça.

“Ne me fais pas paraître pour un pervers alors que je ne le suis pas ! T’as réellement que ça à penser… je suis sûr que c’est plutôt toi qui souhaites les voir.
– Que t’es méchant… Plus sérieusement, pourquoi veux-tu venir ?
– Je pense que je suis trop sous pression ici. Je m’épuise à essayer de rentrer dans les rêves de Roynder, à la fois par le temps que ça prend et la difficulté de l’opération, je me sens aussi oppressé par le bâtiment et le trop-plein d’honneur qu’on a avec ces serveurs.
– Je suis d’accord avec toi sur ce dernier point. Mais ça veut dire… que tu nous as toujours caché que tu étais claustrophobe ? Mais oui, ça corrobore avec le fait que t’as voulu la chambre la plus grande…
– Non, mais, hein, bon. Tais-toi. T’es là pour me calmer. Pas pour m’enfoncer. Je t’ai connu plus gentil.
– Oh… j’ai pas le droit de te taquiner ? Et ma mère a toujours dit que mon père est devenu bien plus taquin une fois qu’ils se sont mariés.
– Premièrement, ne parle pas de tes parents. Tu sais que c’est pas sympa. Deuxièmement, on n’est pas marié ! En tout cas, moi j’ai pas signé pour ça !
– Oh, c’était une image…”

Comme on attaque le dessert, on continue de parler pendant bien longtemps, jusqu’à que, fatigués, on s’endort sur nous sièges. C’est ainsi que le jour de notre voyage commence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez saisir la bonne opération *